SUIT – Fonctionnement Théorique

Suit est une combinaison tapissée d’électrodes qui sont reliées à une console, elle est complétée par un casque de réalité virtuelle. Il s’agit du système le moins complexe des trois, qui pourrait même voir le jour aujourd’hui, mais il possède aussi ses défauts qui seront expliqués plus bas.

Les électrodes qui peuvent recevoir des signaux électriques seront appelées électrodes R

Les électrodes qui peuvent envoyer des signaux électriques seront appelées électrodes E

Un signal qui est le symétrique d’un autre signal par rapport à un axe temporel à une tension donnée sera appelé signal opposé. Deux signaux opposés produits exactement au même moment et allant à la même vitesse s’annuleront donc.

Le principe est de commencer par capter avec des électrodes R les signaux électriques qui parcourent notre corps à travers les nerfs, qui commandent des actions (bouger) ou envoient des informations au cerveau (dans notre cas, pour les informations ce sera essentiellement le sens du toucher : chaleur et douleur).  Ces informations acquises par les électrodes R sont envoyées à la console Symphony 1, qui commande aux électrodes E de bloquer les signaux perçus par les électrodes R, en utilisant des signaux opposés. Dans un même temps, Symphony 1 analyse la provenance de chaque signal et modifie la position du joueur et les informations qu’il reçoit en conséquence : le casque de réalité virtuelle modifie l’image, le son du jeu et la combinaison envoie d’autres perceptions au joueur (si il a attrapé un objet par exemple, il sentira son poids dans sa main).

Ici je viens de décrire un seul cycle de fonctionnement, la console capte, annule et modifie en permanence, en moins d’1/90 de seconde au grand maximum (pour éviter les risques de nausée, il faut un nombre d’images par secondes supérieur à 90. Merci à Sillink pour cette précision !).

La transmission entre électrodes et console peut se faire par câbles compte tenu de la différence de vitesse énorme entre l’électricité dans les nerfs et l’électricité dans le cuivre. Attention par contre à prendre en compte tous les décalages minimes entre l’arrivée du signal, sa détection, son envoie et son traitement par Symphony 1, l’envoie d’un contre-signal et l’annulation du signal, pour que les signaux ne soient pas décalés et que l’annulation se fasse bien.

Les électrodes doivent à peu près être placées vers les nerfs les plus importants, que ce soit ceux qui vont du corps vers le cerveau ou ceux qui vont du cerveau vers le corps. Pas la peine de surcharger la nuque, zone ou les informations seront très dures à dissocier les unes des autres. Mettre des électrodes sur la tête serait aussi une mauvaise idée, sauf si elles ne sont que des électrodes R.

Certains muscles et certaines sensations doivent rester indépendants de Suit : le joueur doit respirer de lui-même, et pouvoir ressentir s’il va avoir besoin d’aller aux toilettes pour éviter des problèmes. Il doit pouvoir aussi contrôler ses yeux, sa mâchoire pour parler, ses oreilles pour entendre.

Avantages de Suit :

Suit peut se mettre et s’enlever plutôt facilement, il n’a pas besoin de beaucoup de puissance de calcul et d’une connexion internet très puissante. Il n’a de plus aucun risque pour le joueur puisqu’il peut être retiré facilement en cas d’urgence. Sa conception risque de ne pas être trop chère par rapport à celle des autres Nerve Gear que l’on pourrait créer.

Désavantages de Suit :

Ils sont malheureusement nombreux. D’abord, on n’est pas totalement immergé puisque le goût et l’odorat ne sont pas bien retranscrits, et que l’on garde une partie du corps dans le monde réel. La vue avec l’écran du casque peut faire aussi mal aux yeux. Ensuite, au niveau de l’intérieur du jeu, la tête de notre personnage ne sera pas très expressive puisqu’elle n’aura pas les informations des muscles du visage, à part certains trucs que le casque peut détecter. Enfin, la combinaison ne permet pas la réalité augmentée, donc son utilisation se limite à des jeux simplement.

Les commentaires sont clos.