Ready Player One : les prémices du nerve gear ?

Tout d’abord, il risque d’y avoir des spoils dans cet article donc si vous n’avez pas vu le film et que vous comptez le voir, et pour mieux comprendre le sujet, allez-y avant de lire cet article 😉

Ready Player One, de Steven Spielberg est un film de science-fiction dont l’histoire prend place en 2044. L’humanité se laisse de plus en plus aller et beaucoup de gens vivent dans des appartements de récupération semblables à des taudis en hauteur. Le seul endroit où les gens trouvent encore du bonheur est un monde virtuel nommé l’Oasis où l’on peut être plus ou moins qui on veut. Pour s’y connecter, il faut un masque un peu moins encombrant que l’oculus rift et on peut ajouter des équipements pour s’immerger davantage : par exemple un tapis roulant multidirectionnel ou une combinaison qui ajoute le sens du toucher. Pour ce qui concerne mon avis sur le film, je mets ça à la fin de l’article ^^

image : http://www.livreshebdo.fr/article/ready-player-one-une-adaptation-ludique-de-steven-spielberg

Vous l’aurez peut-être remarqué, le principe est sensiblement similaire à l’expérience d’IBM avec la simulation de SAO qui avait eu lieu il y a quelques temps, à ceci près que la technologie et le réalisme du jeu sont beaucoup plus poussés, ce qui rend un futur « à court terme » comme celui-ci facilement envisageable. On contrôle notre personnage par des mouvements réels, il faut donc de l’espace et un équipement assez encombrant pour pouvoir jouer.

Au niveau de la technologie, il n’y a rien d’infaisable à ce jour mis à part le jeu en lui même. C’est en effet le challenge le plus compliqué à réaliser : créer un monde aussi détaillé, avec autant de possibilités et pouvant accueillir autant de personnes, il faudrait des serveurs aux capacités phénoménales, et des développeurs vraiment doués. On commence aujourd’hui à avoir des jeux comme Vr chat et c’est assez encourageant, mais le domaine de la réalité virtuelle n’est pas encore accessible à assez de gens pour que cela se développe vraiment. C’est aussi un défi de la prochaine décennie : démocratiser la VR.

Il y a assez peu de détails sur le fonctionnement précis de l’appareil, mais on peut supposer que pour les autres membres que les avant-bras le mouvement est capté par des scanners dans ou à l’extérieur du casque. Seul le « grand méchant » possède un appareil dans lequel il n’a pas besoin de bouger, mais comme Artémis arrive à l’utiliser, peu de chances que la neurologie intervienne.

Donc on est encore assez loin du nerve gear, mais sur le plan « programmation », vraiment proche de SAO, ce qui fait plaisir et est très encourageant !

 

 

Mon avis sur le film :

I ) Image et Son

Excellents tous deux, aucun reproche possible (à part le chara-design d’Artémis un peu « minimoys »)

II ) Personnages

J’ai trouvé les personnages un peu simples et trop unilatéraux : les méchants sont méchants, les gentils sont gentils, sans nuance aucune. Et c’est assez dommage pour un film pareil.

III ) Incohérences

Il y en a quelques unes, comme le système des pièces, que l’on perd et gagne aussi facilement, alors qu’elles permettent d’acheter des objets réels (la combinaison de IOI par exemple). Faire la séparation entre monnaie réelle et virtuelle, ou faire un mode « sans dangers mais sans gains » où on ne peut pas perdre en mourant aurait été une bonne idée. Ces incohérences ne sont toutefois pas capitales.

IV ) Scénario

Un peu bâclé, on sent à chaque instant qu’ils se disent « on fait un film pour enfants » mais en même temps veulent faire un hommage à la culture des années 80, et la tentative de rallier les deux est un peu maladroite. Et cela m’a empêché de bien accrocher au film. Cependant, certaines idées comme la reconstitution de Shining ou le musée des souvenirs d’Halliday étaient tout de même excellentes.

Pour récapituler : c’est un film bien, un peu naïf mais qui se regarde. Ce n’est pas le meilleur film de la décennie, mais c’est loin d’être le pire.

Au fait, dans l’onglet « Aidez-nous », vous pouvez désormais accéder à une boutique qui cette fois-ci restera si elle fonctionne. Cela nous permet de vous éviter d’avoir des pubs sur le site tout en nous assurant une bonne longévité, donc merci à tous les futurs acheteurs ! (Les objets sont plutôt chers, mais c’est une entreprise vraiment très clean et renommée qui gère tout ça donc le prix est justifié)

A propos Jarasim

Je suis le créateur du site, je m'intéresse tout particulièrement aux possibilités pour la création d'un système permettant une immersion totale (full-dive). Mon but est de partager avec le plus grand nombre mes idées et des pistes afin d'un jour développer quelque chose de similaire au Nerve Gear de Sword Art Online. Merci à vous si vous appréciez/commentez sur le site, et merci encore plus au donateurs qui permettront au site d'exister longtemps.

9 Commentaires

  1. AAAAAAAAAAAAAAAAW MAIIIIIS je veuuuux lire ton article mwa…mais je veux pas me spoiler xP
    Grand dilemme intérieure…

  2. bon article et merci pour toutes ces bonnes informations et je suis pressé pour le nerve gear 😉

  3. J’ai pas vu le film mdr, mais je m’en fous du spoil 😉
    Et ouais la réalité virtuelle est pas accessible à tout le monde (l’argent), mais à mon avis d’ici quelques années ça aura perdu de la valeur et le prix sera bien plus bas. (je parle de VR Chat)

  4. Bonjour à tous et toutes.
    Je vais être un peu long, je vais donc essayer de synthétiser.

    Mon profil et mon historique en rapport avec la réalité virtuelle :
    Pas programmeur pour deux sous, je suis à l’extrême fin de la chaîne : de ceux qui mettent l’argent, en final, pour acheter matériels et jeux. Grand mono-gamer (Wow depuis son arrivée en France en 2007, car c’est le seul jeu qui passe sur mon pauvre pc portable), limite non-life [mais attention, je connais quelques personnes dans le monde réel 🙂 ], ma première « claque » a été le film TRON (le 1er), puis les films « LE COBAYE », le dessins-animés Sword Art Online.

    Dès le début la question qui m’a taraudée est : où qu’on achète tout le matos? Evidemment, avec l’arrivée du film READY PLAYER ONE, je me suis re-posé la même question.
    Les casques sont physiquement présents dans toute grande surface informatique, mais ni la combinaison haptique, ni le tapis omnidirectionnel (les deux derniers existent mais il faut passer par internet). Voici donc mon avis personnel après environ trois ou quatre mois de recherches sur différents forums :
    Le facteur « bloquant » n’est pas le COÛT mais un problème de DISPONIBILITE PHYSIQUE des 3 produits EN MÊME TEMPS et AU MÊME ENDROIT.

    C’est ma vue personnelle, mais je ne pense pas que la réalité virtuelle « décollera » tant que les 3 (casque, combinaison haptique et tapis omnidirectionnel) ne seront pas présents PHYSIQUEMENT au même au même endroit de vente (sans compter que le vendeur peut fournir un suivi des produits par un technicien chez vous).

    Je m’explique : achèteriez-vous un ordinateur si vous trouviez l’écran physiquement dans une grande surface, mais qu’il faille passer par internet pour commander l’unité centrale aux Etats-Unis d’Amérique et claviers, souris, casques (tout le reste, quoi), en Chine?
    Hé bien pour la réalité virtuelle, nous en sommes là :
    l’écran est là physiquement (le casque), mais pour le reste, non.
    Imaginons que les grandes surfaces informatiques proposent les casques, la combinaison haptique, le tapis omnidirectionnel (attention : dialoguant entre-eux harmonieusement : pas de moteur de Ferrari dans une 2CV!) Imaginez que cela se produise : casque + combinaison haptique + tapis omnidirectionnel dans la même grande surface informatique avec suivi technique chez vous. Je suis persuadé que nous irons tous et toutes nous endetter jusqu’à la 35ème génération (attention : c’est une image, volontairement excessive pour bien me faire comprendre).
    Qu’en pensez-vous?

    Pourquoi READY PLAYER ONE a-t-il été un déclencheur chez moi? (Et je ne dois pas être le seul). sans doute parce qu’il est si bien fait qu’il m’a fait me reposer la même question : Où qu’on trouve le matos?
    Et puis, avant le film READY PLAYER ONE, je vivait tranquillement ma vie de gamer et de no-life et j’envisageais d’acheter un casque VR. C’est la faute à Spielberg si je fais une croix sur les lunettes seules et que maintenant je veux le casque + la combinaison + le tapis. 🙂

    Je vous présente toutes mes excuses si je vous ai semblé long, mais il fallait que j’explique les tenants et aboutissants tels que je les ressentaient.

    A vous lire

    • Pardon de l’énorme retard de cette réponse, je viens de m’apercevoir que beaucoup de commentaires ont été bloqués par l’antispam par erreur !

      Pour moi c’est un mélange de plusieurs choses qui fait qu’ils sont si peu répandus. En effet il y a le facteur que tu décris, mais il y en a d’autres tout aussi importants. Un tapis multidirectionnel coûte assez cher pour le nombre incroyablement faible de jeux qui en ont l’utilité par exemple. Le casque et les manettes sont aussi assez chers pour l’utilisation qu’on en fait aujourd’hui. Il y a aussi le facteur technologie : pourquoi acheter maintenant quelque chose qui pourrait-être obsolète dans quelques années avec l’arrivée du full dive ? Et puis les casques d’aujourd’hui filent vraiment la nausée (j’ai testé) assez rapidement : yeux trop proches de l’écran, définition qui laisse à désirer etc.

Laisser un commentaire