Précisions sur le neurone

Depuis ma dernière théorie, j’ai appris quelques nouvelles choses sur le neurone qui peuvent être utilisées à notre avantage. C’est parti pour quelques précisions !

Image : http://www.thierrysouccar.com

Je n’avais pas beaucoup fait apparaitre l’idée du fonctionnement en « relais » du neurone. En effet, grosso-modo le neurone reçoit des messages chimiques (des molécules)  envoyés par d’autres neurones avec ses dendrites (des capteurs), qui à leur tour transmettent un message électrique qui se propagera le long de l’Axone, qui jouera, lui, le rôle d’émetteur en envoyant des molécules à un autre neurone. Ce système permet donc un transfert rapide (jusqu’à 20 mètres par seconde) de l’information, mais moins rapide que si elle circulait dans un câble électrique (vitesse de la lumière), ce qui joue grandement en notre faveur, puisque l’on disposera de plus de temps pour stopper l’information et l’enregistrer. Il sera nécessaire par ailleurs de faire des mesures de vitesse de transmission des signaux (la vitesse de propagation dans l’axone n’étant pas constante) dans le corps humain pour chacun des nerfs dont la fonction sera retransmise dans notre nerve gear pour voir si elle varie en fonction du nerf choisi et/ou de l’âge de la personne (peut-être d’autres facteurs encore). Pour qu’un contre-signal soit envoyé au bon moment, il suffira en fait de faire un test de distance entre chaque récepteur des signaux du corps et son émetteur de contre-signal associé.

Ensuite, le neurone a finalement bien un signal de repos (tension -70mV si ça vous intéresse), ce qui signifie que pour contrer un message, il ne faudra pas créer un signal inversé par rapport à  une tension nulle mais par rapport à -70mV.

Mais il y a quelque chose d’assez surprenant et heureux pour nous : le signal que le neurone reçoit lorsqu’il doit être activé est toujours le même ! Il est d’environ 110mV, ce qui fait que la tension du neurone activé est de -70mV + 110mV = 40mV.  Vous l’aurez peut-être compris, mais cela signifie que nous pouvons enregistrer le même signal dans tous les dispositifs « émetteurs » qui n’auront qu’à être prévenus au bon moment par les « capteurs », c’est un gain de temps considérable, plutôt que d’envoyer un signal à inverser à un ordinateur et faire tout ce que j’avais imaginé.

Enfin, pour que le corps bouge peu ou beaucoup, ce n’est pas le signal qui donne l’information, mais le nombre de fois qu’il est répété par seconde. Par exemple, si je relève doucement le bras, c’est que mon cerveau envoie au nerf peu de signaux. A l’inverse, si je le relève d’un coup, c’est que mon cerveau lui envoie plein de fois le signal en très peu de temps. Notez que le neurone fonctionne donc comme un interrupteur à deux positions ON et OFF, si vous bougez le bras dans un sens puis dans l’autre, ce n’est pas le même neurone qui fait ce travail, puisque ce ne sont pas les mêmes muscles qui font l’action.

Merci à Mr Bernaud, professeur de Sciences de la Vie et de la Terre

A propos Jarasim

Je suis le créateur du site, je m'intéresse tout particulièrement aux possibilités pour la création d'un système permettant une immersion totale (full-dive). Mon but est de partager avec le plus grand nombre mes idées et des pistes afin d'un jour développer quelque chose de similaire au Nerve Gear de Sword Art Online. Merci à vous si vous appréciez/commentez sur le site, et merci encore plus au donateurs qui permettront au site d'exister longtemps.

Laisser un commentaire