Eviter le désastre de SAO

Bien sur une telle technologie comporterait des risques. En effet, si les jeux auxquels on joue sur le Nerve Gear ont accès aux moyens de déconnexion, alors il sera difficile d’empêcher quelqu’un de malintentionné de créer un jeu où il prendrait en otage les joueurs. En réalité, il y a très peu de chances pour que cela arrive. Je vous propose aujourd’hui de voir pourquoi.

Ce serait plutôt triste.

                            En premier lieu, les états interdiraient probablement le Nerve Gear si celui-ci n’est pas sans aucun danger pour l’utilisateur, et il serait soumis à des contrôles fréquents. Si le joueur risque de ne pas pouvoir se déconnecter, et que retirer le casque ou le dispositif représente un danger, alors il n’y a aucune chance pour que les gens l’achètent de toute façon.

Ensuite, l’entreprise qui commercialisera le Nerve Gear ne sera à mon avis pas bête : Il suffit d’y réfléchir quelques secondes, et on trouve la solution pour que tous les jeux qui seront sur le Nerve Gear soient obligés d’être contrôlés par l’entreprise. Je pense évidemment à des clefs à entrer au début d’un programme pour qu’il soit reconnu par la machine. Ainsi, pour pouvoir créer un jeu sur le Nerve Gear, il faudrait payer la clef, et signer un contrat comme quoi le jeu sera vérifié par l’entreprise du Nerve Gear ou une association extérieure avant chaque mise à jour. Il y aurait donc un contrôle important des jeux commercialisés sur la plateforme, réduisant encore du même coup la probabilité que l’on puisse être pris en otage.

En outre, la réalisation d’un tel jeu couterait extrêmement cher, ce qui ferait que peu de gens pourraient en fabriquer, assurant ainsi une vérification facile des jeux.

Enfin, il suffirait de faire qu’en permanence le bouton de déconnexion dans le Nerve Gear soit accessible en permanence : il s’agirait d’une fonctionnalité du Nerve Gear lui-même à laquelle le jeu n’aurait pas accès, et qui serait toujours en premier plan de tout ce que le joueur pourrait voir de ses yeux virtuels. On peut aussi penser à une limite de temps qui déconnecte automatiquement un joueur après plus de 6 ou 8h de jeu d’affilé.

 

Tout ça pour vous dire que je ne pense pas que la création d’un Nerve Gear dans le monde réel aurait en fait très peu de chances de donner lieu à un désastre comme SAO, et qu’il ne faut pas avoir peur des technologies, mais plutôt essayer de les comprendre et de décider de si on veut les utiliser ou non ensuite.

A propos Jarasim

Je suis le créateur du site, je m'intéresse tout particulièrement aux possibilités pour la création d'un système permettant une immersion totale (full-dive). Mon but est de partager avec le plus grand nombre mes idées et des pistes afin d'un jour développer quelque chose de similaire au Nerve Gear de Sword Art Online. Merci à vous si vous appréciez/commentez sur le site, et merci encore plus au donateurs qui permettront au site d'exister longtemps.

11 Commentaires

  1. En effet, si le NearveGear possède un système de déconnexion (même d’urgence), il y a très peu de chances que ce désastre arrive. Comme vous l’avez dit, je doute fort que l’appareil soit commercialisé s’il présente des risques non-anodins. Il faut également que les jeux du NearveGear respectent les normes, les limites : Si un jeu d’horreur est sur le NearveGear et que l’utilisateur est cardiaque, ce serait critique !
    Très bon article, j’aime !

    • Merci beaucoup,
      Oui, à mon avis il pourrait y avoir des pictogrammes comme ceux « Pegi [Age] » ou des avertissements sur le jeu. J’ai aussi réfléchi à un système qui en fonction de l’âge rentré par l’utilisateur permettrait de déverrouiller certaines parties du jeu, mais il faudrait par contre que l’utilisateur rentre son véritable âge, et donc il pourrait y avoir quelques mensonges. Par contre, je pense que l’on pourra compter sur les parents pour s’occuper de ça, étant donné que la génération de parents sous laquelle le Nerve Gear verra le jour sera sûrement la nôtre ou celle d’un peu après.

  2. Tu es dans le TURFU jarasim, super idée mais dur a réaliser ,c’est plus un rêve que autre chose (d’ailleurs en parlant de rêve ,ton concept tout ça ) oui OK c’était nul mais Jaime bien le concept.

  3. Un désastre de type SAO a peu de chance d’arriver, mais il faut être vigilant, car un incident type ALO est très probable.
    Pouvoir sonder et toucher au cerveau même d’une personne serait la porte à de nombreuses dérives, et la phrase de Simonne Monet-Chartrand « Personne ne peut vous enlever votre liberté de penser » ne serait plus si valide.
    Pour approfondir les dérives: beaucoup de dystopies, y’a qu’à piocher dans la SF.

  4. J’avais une idée concernant la déconnexion forcée. Le Nerve Gear pourrait détecter une pensée violente d’un mot, tel que le mot « déconnexion ». Auquel cas, un premier module va envoyer une commande de déconnexion au jeu. Si ce dernier refuse la déconnexion, le Nerve Gear va désactiver le joueur (« Fin du programme » sur Windows) et va s’éteindre. Si il ne s’éteint pas au bout de 1min (autre module qui gère ça), il va lancer une déconnexion électrique totale (vidage des condensateurs, déconnexion de la batterie et terminaisons des connexions neuronales). Voilà pour moi !

    • Ou alors inclure le bouton de déconnexion directement dans le code du Nerve Gear, pour qu’il soit toujours là lorsque l’on joue à un jeu. On peut aussi rajouter à cela une déconnexion manuelle dans le monde réel pour la famille du joueur, et puis le déconnecter aussi si il est secoué ou si l’intensité sonore est trop forte (quelqu’un qui lui crie dessus pour le réveiller par exemple).

Laisser un commentaire